Rencontre avec Savané Mahmadou

 

Le développement de l’Afrique passe par l’art

 

Passionné d’art et de culture africaine, M. Savané Mahmadou travaille depuis son atelier situé dans Le Bronx, à construire une œuvre artistique originale qui exprime sa philosophie et sa vision du monde. Sympathique et cordiale, l’homme pour qui la peinture est une voie de partage, œuvre dans la discrétion depuis plusieurs années. A l’occasion de l’exposition qu’il organise du 10 au 13 septembre 2010, au 18 East 18th Street, NY, NY 10003, l’artiste a décidé de se livrer au monde. Définissant son domaine d’expression artistique comme « L’Abstrait », l’artiste entend promouvoir l’œuvre de l’esprit. Car il est persuadé que c’est par ce moyen que l’homme africain pourra se réaliser.

 

Membre d’une fratrie de 13 personnes, Savané Mahmadou a 44 ans aujourd’hui. Sa passion pour l’art ne s’est pas faite seule. Par sa profession de collectionneur d’œuvre d’art (antiquaire) depuis Abidjan dans les années 86, l’homme a toujours côtoyé l’art et sait apprécier la valeur de l’œuvre de l’esprit. De simple collectionneur, Savané est devenu créateur, un artiste tout coup. A traves ces diverses œuvres qu’il met parfois plusieurs mois à achever il véhicule plusieurs messages et aborde à la fois différents thèmes. Les peintures de l’artiste expriment le courage, la détermination et l’espoir. Il tente dans son œuvre d’exposer sa vision du monde et du futur, sa vision de la liberté et des problèmes contemporains. « A travers la peinture, mon souci est d’éveiller les consciences, celles des jeunes générations africaines. Je veux être un catalyseur dans ce domaine et inviter les jeunes africain à me rejoindre dans cette voie » dit Savané Mahmadou.

 

Pour nourrir sa passion, il n’a pas hésité à se former. Pendant 36 mois, à partir de l’an 2000, il a étudié l’art au « Art Instruction School of Minnesota », une école des beaux arts. Selon lui, cette formation lui a permis de se bonifier et d’acquérir la dextérité artistique qui particularise ses œuvres. En plus de sa formation et de la passion qu’il a pour la peinture, Savané a beaucoup voyagé. Sa profession de collectionneur d’œuvre d’art lui a permis de s’abreuver dans différentes sources d’inspirations. Du Mali au Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Sénégal, jusqu’en Amérique, le peintre a puisé dans toutes ces cultures pour produire un riche répertoire de tableaux originaux qu’il compte exposer lors de son vernissage. Parce qu’il a une ouverture sur le monde et que par principe, un artiste n’a pas de frontière, ses œuvres s’adressent à la fois au public africain et occidental. « Dans mes œuvres, je prône le métissage, un métissage Afrique-Occident » dixit le peintre.

 

Descendant d’une famille de marabout du Sénégal, Savané Mahmadou, s’est libéré des chaines de la tradition ancestrale en devenant le premier artiste-peintre de sa famille. Il est d’avis qu’il faut apprendre à changer dans la vie, à se diversifier. « Que d’être un marabout comme la tradition familiale le voulait, j’ai opté pour l’art ». Cependant l’artiste vit aussi sa part de contradiction. Et il l’assume. En réponse aux propositions d’un de ses admirateurs qui lui conseille d’ajouter une autre corde à son arc en faisant de la sculpture, il répond « selon notre organisation traditionnelle des castes, les Savané sont des nobles. Un noble ne peut faire de la sculpture ». Auto-censure ou esprit réducteur? L’artiste se définit comme un conservateur. « Je développe mon œuvre toujours les pieds fermement enraciné dans la tradition qui m’a vu naître et qui a forgé mon esprit ».

 

La vision panafricaniste de Savané n’a pas de limite. Profondément encré dans la tradition, la peinture de la l’artiste parle diversement pour l’Afrique. Chaque œuvre conçu par ses mains présente plusieurs facettes du continent africain et le progrès qu’il rêve pour celui-ci. Sous le charme de plusieurs artistes africains et américains, il est cependant convaincu qu’il trouve sa source d’inspiration dans les œuvres de l’artiste américain Romario Burden.

 

Du point de vu de Savané Mahmadou qui est aussi un informaticien de formation, l’art africain est en constante évolution. Selon lui, le marché africain de l’art se diversifie et est surtout de qualité. Il invite alors les jeunes africains à s’y intéresser et à se l’approprier. Mieux, il estime que c’est toute l’Afrique qui est en constant développement. Il en veut pour preuve les grands chantiers dans les capitales africaines, les opérations immobilières et la floraison des compagnies bancaires. « Ce sont là des indicateurs et des signaux positifs qui montrent que l’Afrique avance et se développe » dit –il. « J’invite alors la jeune génération africaine à se former, à reprendre les chemins de l’école pour obtenir une solide éducation. L’Afrique dispose d’une ressource humaine abondante (parlant de la population africaine). Ces jeunes doivent se former pour accompagner l’essor économique du continent. Et ce développement passe forcément par l’art. C’est la raison pour laquelle j’invite toute la diaspora africaine ainsi que tous les professionnels de l’art à venir voir mes œuvres” a-t-il conclu.

 

 08 sept 2010

Amao Norène

Visite de la Statue de la Liberté

La Côte d’Ivoire Officielle
La Côte d’Ivoire Officielle

Partenaires

Aller sur

Flèche bas Flèche haut